Le collaborateur, un partenaire de sens

1ed4b6849dfd24cc47320d73097ff2a3

Si l’on demande au gens ce qu’il faut pour qu’une entreprise fonctionne, une grande partie risque de vous répondre « la bonne idée ». Et pourtant selon Jim Collins et son panel d’entrepreneurs excellents, il est plus important de sélectionner de bons collaborateurs avant de lancer un projet quelconque… A la lumière de cette idée, penchons nous quelques instants sur cette notion de « bon collaborateur », quels sont ses atouts?

Des qualités du collaborateur:

La première des qualités pour un collaborateur réside dans sa capacité à se donner pour son travail, on attend de lui qu’il soit un partenaire dévoué au bien commun et à la mission collective de l’équipe, si bien que celui-ci est capable de faire l’effort de sacrifier sa personne. Ici on ne parle pas forcement de dépasser son temps de travail, mais d’être capable de s’investir sur tous les plans, ce qui peut se traduire de différentes façons : accepter un avis extérieur, être capable de suivre une décision qui n’est pas la sienne, être ouvert à toute proposition qui pourrait faire avancer l’équipe… En définitive tout ce qui constitue une mise à l’écart de l’ego au bénéfice de l’intérêt général.

La capacité à inscrire sa propre mission au sein d’une vision plus globale, un bon collaborateur a conscience de l’importance de son rôle dans l’entreprise, il sait quel est son apport dans la création de valeur, et il a conscience des spécificités des missions de ses pairs. Le collaborateur n’est plus le rouage d’une mécanique mais la cellule d’un corps intelligent.

Une capacité à innover et prendre des décision dans le cadre de son domaine de compétence est plus que souhaitable, le collaborateur doit agir comme un entrepreneur dans le cadre de sa spécificité.

Le bon collaborateur est quelqu’un en qui l’on a confiance, de telle sorte que l’on accepte de lui déléguer des taches, ou lui confier la direction d’une mission. Une personnalité assez rassurante pour que l’on puisse accepter de lui confier les rênes et rentrer chez soi sans la moindre inquiétude.

L’importance de la sélection

Au regard de son rôle, le choix du collaborateur ne doit donc pas être sous-estimé, ce qui s’effectue dans l’idéal selon Tom Peters par un recrutement poussé et précis, il est primordial d’investir beaucoup sur le déroulement crucial de cet étape, en terme de temps (ne pas hésiter à patienter beaucoup pour affiner son choix) et d’argent (mettre en place les moyens nécessaires pour évaluer le profil du candidat).
En vérité peu importe le moyen (tant qu’il est efficace), le plus important est de savoir à qui l’on a affaire. Dans cette optique il est donc important de mettre en avant les capacités et la personnalité plus que le CV et les références, l’idée étant de s’orienter surtout sur l’aspect qualitatif de la personne.

Pas d’argent mais plus de sens

Jim Collins pour son livre « de la performance à l’excellence » a mené une étude statistique relative à la motivation des collaborateurs, et il se trouve que l’attractivité du salaire ne serait pas le facteur déterminant. Selon cette étude les collaborateurs seraient plus attachés à l’accomplissement de leur mission, au sentiment de reconnaissance et à l’épanouissement personnel, le salaire quant à lui constituerait une gratification comme une autre, mais pas la principale (mais celui-ci se doit d’être correct bien entendu).
Il convient donc d’inscrire chacun des collaborateurs dans une démarche pleine de sens pour les motiver au mieux.

Et vous? Quelle est votre vision de la collaboration ?

Visitez notre site : http://www.metasens.fr/

Publicités